De toute évidence le fonctionnement des entreprises, n'est pas toujours adapté aux besoins de "l'Homme" ! Sinon, pourquoi parlerions-nous de responsabilité sociétale et de risques psychosociaux ? La prise en compte de "l'élément Humain" dans l'organisation et le management des entreprises est incontournable. La réussite et le maintien dans le temps des résultats ne se résument pas à une méthode ou à des outils et se réfèrent bel et bien à une culture, une façon de penser, vivre le travail.

Le STRESS résulte de l’interaction entre une personne et sa situation, son environnement immédiat. C’est un signal d’alarme, il permet de mobiliser l’énergie dans tout le corps pour attaquer, fuir voire se tapir (faire le mort) pour échapper à la situation jugée dangereuse pour la survie (Cf. travaux de Henri Laborit et le film Mon Oncle d’Amérique). Lorsque le stimulus (la situation stressante) se maintien trop longtemps sans période de récupération cela conduit à l’épuisement.

 

Le mécanisme de stress nous amène à tout percevoir comme un danger et à réagir sans contrôle, nous ne sommes plus à l’écoute ni en observation de la réalité tellement nous sommes engagés dans la stratégie d’élimination de la menace perçue (réelle ou imaginée). Dans l’excès, nos pensées deviennent irrationnelles et nos comportements inadaptés n’étant plus alimentés par la réalité mais par l’obsession de sortir de « là ».

Dans une situation de « conflit » où la vie n’est pas en jeu il est essentiel de « débrancher » le mécanisme de stress afin de libérer l’énergie corporelle accumulée et de pouvoir construire des solutions adaptées à la situation.

Selon l'INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), si une personne modifie son évaluation d’une situation jugée stressante et relativise sa difficulté à y faire face, ses réactions biologiques s'en trouveront atténuées.

Face à un danger ou une situation perçue comme tel, il est essentiel d’évaluer très rapidement le niveau de danger réel et de s’en protéger si nécessaire (c’est le rôle de nos territoires reptiliens).

Une fois en sécurité, la première étape consiste donc à prendre conscience de l’état d’alarme (anxiété – tension – énervement – inconfort – contrariété …) et d’identifier le ou les stimuli liés à l’environnement, la situation pour en comprendre l’origine, le « message ».

Il devient possible de basculer dans un état de calme (nous verrons que le contrôle de la pensée et la maîtrise de la respiration jouent des rôles déterminent pour se connecter à cet état de calme) permettant une bien meilleure écoute, une observation connectée à la réalité et un ressenti plus accordé. Ainsi la construction, la création d’une solution adaptée à la situation devient accessible. Par exemple prendre en compte le point de vue même différent ou opposé, les arguments et critères des autres personnes impliquées devient alors une force d’adaptation, d’innovation plus qu’une source d’opposition et de conflit. 

Vous devez être inscrit et connecté pour écrire un commentaire.