De toute évidence le fonctionnement des entreprises, n'est pas toujours adapté aux besoins de "l'Homme" ! Sinon, pourquoi parlerions-nous de responsabilité sociétale et de risques psychosociaux ? La prise en compte de "l'élément Humain" dans l'organisation et le management des entreprises est incontournable. La réussite et le maintien dans le temps des résultats ne se résument pas à une méthode ou à des outils et se réfèrent bel et bien à une culture, une façon de penser, vivre le travail.

Communiquer un « changement » : Facile à dire et Délicat à réaliser !

Communiquer c’est une évidence me direz-vous ! Nous voyons, nous entendons et nous lisons chaque jour des dizaines, des centaines d’informations et parfois beaucoup plus encore !

Quand il s’agit de changement dans notre environnement de vie, de travail c’est souvent la porte ouverte à bon nombre d’idées reçues, de pensées négatives, de présupposés et d’à priori.

Donner de l’information permet à chacun de savoir ce qui s’est passé, ce qui se passe, ce qui va se passer, pourquoi et comment. Cela permet à chacun de voir à quoi s’attendre et de s’y préparer. Faut-il encore que ce qui est communiqué soit compréhensible, entendable et acceptable par la personne concernée !

 

Chacun filtre ce qu’il voit, entend et sent en fonction de sa propre « connaissance », de son environnement, de son expérience et de ce qu’il croit bon ou néfaste. Il se fait une représentation « mentale » de la situation à venir et cela dicte son comportement qu’il en soit conscient ou non (s’il croit, sent qu’il y a un danger il va se mettre en résistance parfois jusqu’à la mort, la seconde guerre mondiale l’illustre parfaitement).

 

La pensée précède l’action (nous pensons le menu avant de nous mettre à cuisiner et nous le réalisons à partir des ingrédients et ustensiles disponibles, accessibles). C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de communiquer en amont sur le but et les moyens du changement avant même de le mettre en œuvre. Ceci avec le langage et la description de l’environnement dans lequel va se situer l’action d’évolution. Ainsi il sera possible de comprendre la problématique du terrain et d’adapter la solution au contexte réel. Une pensée ne se heurte pas au comportement automatique lié à l’habitude de faire comme ceci ou comme cela (penser à nos automatismes de conduite) mais à la croyance que ceci est mieux ou moins bien, possible ou impossible, fonctionne ou non …

 

C’est plus facile de penser une situation que de la mettre en œuvre (déménager par exemple ou construire une nouvelle maison). L’expression des objections (signal de pensée contradictrice), des résistances (signal de peur), des impossibilités (signal de refus d’action) plus facilement détectables et argumentables dans la phase « pensée » que dans la phase « action ». D’autant plus si l’on connait le terrain, son fonctionnement et son organisation. Plus tôt ces freins seront identifiés et levés plus vite la personne concernée cherchera à comprendre l’impact du changement dans son environnement et à apprendre comment le mettre en œuvre. Remporter l’adhésion aux idées est un préliminaire à l’action. C’est d’autant plus important que c’est beaucoup plus tard, au moment où tout sera mise en place, que l’opposition se révèlera et pas pendant les phases amonts d’études, de réalisation et de préparation du changement.

 

La communication est le liant qui se forme entre les « hommes », les « techniques » et les enjeux « économico-stratégiques ». Il est essentiel de bien la maitriser pour assurer l’appropriation et emporter l’engagement. 

Vous devez être inscrit et connecté pour écrire un commentaire.